Anatomie

Anatomie

ANATOMIE / DONNEES CHIFFREES

Le chinchilla sous toutes ses coutures !
 

Fréquence cardiaque

100 à 150 pulsations/mn

Fréquence respiratoire

100 mouvements/mn

Longueur du corps

environ 20 à 25 cm

Longueur de la queue 

15 à 20 cm

 Longueur des moustaches

20 cm

Longueur des oreilles

Entre 4 et 6 cm environ. Elles sont rondes et mobiles

Nombre de dents 

20 dents au total.
Sur chaque mâchoire il y a : 2 incisives/2 prémolaires/6 molaires

Couleur originelle 

grise

Température corporelle

Environ 37 à 38°C

Poids adulte

 Environ 500 à 600 g
Certains reproducteurs atteignent plus de 800g

Espérance de vie

10 à 15 ans en moyenne
parfois jusqu’à 20 ans

Maturité sexuelle

A partir de 4 mois pour les femelles
A partir de 6 mois pour les mâles

Gestation

111 Jours

Nombre de petits par portée

1 à 5 petits
Les primipares n’ont qu’un petit généralement

La femelle présente 3 paires de mamelles :
- 2 pectorales (dont une seule paire fonctionne)
- 1 inguinale

Poids à la naissance

40 à 60 g en moyenne

Cycle d'ovulation

28 jours

 

 

 

 

 
 
MORPHOLOGIE GENERALE

 

 

 

 
Différence mâle et femelle

 

Les organes sexuels sont visibles et reconnaissables dès la naissance, à l’exception des testicules qui n’apparaissent que plus tard chez le mâle. Chez le mâle, la distance entre l'anus et le méat urinaire est visible et mesure environ 1 cm. A l’inverse, chez la femelle les deux parties (méat urinaire et entrée du vagin) sont collées à l'orifice anal, séparées seulement par un fin pli cutané.

 


   

 La tête  
     

 

Elle est plus ou moins ronde et massive ou triangulaire selon les origines génétiques, et est dotée de petites oreilles (rondes, mobiles et presque sans poils)  et de larges vibrisses, qui lui donnent cet air de petit nounours. Les vibrisses sont les larges moustaches qui partent de son museau arrondi.

 

 

       

 

Les membres

 

     

 

 Au nombre de quatre, ils portent des griffes courtes. Les membres antérieurs (avant) sont les plus courts et munis de 4 doigts plus un  5ème doigt plus court. Il sert souvent au chinchilla  pour prendre des petits objets, de la nourriture, ou bien pour escalader les parois de sa cage, car c’est un redoutable grimpeur. Les membres postérieurs, plus longs sont munis de 3 doigts plus un 4 ème atrophié. Ces pattes arrières lui permettent de faire des bonds de plus de 1 mètre (en hauteur et en longueur) et de se tenir assis et debout. Ces particularités font de lui un animal agile et rapide. La surface plantaire est nue, dotée d’épais coussinets lui assurant ainsi  une bonne adhérence et une réception tout en souplesse en cas de fuite.

 
Photo : wikipédia


      

 

 

 

 

 

 

 

 

La fourrure

 

Unique dans tout le règne animal, elle est dense, soyeuse et utilisée depuis toujours pour l’industrie vestimentaire.

 

Sa fourrure comporte deux types de poils :

 -          le poil de garde (parfois appelé le poil de jarre) : poil le plus long de structure classique, assez épais, qui le protège du froid et de la déshydratation ;

 -          le poil de bourre : poil le plus court, d’une très grande légèreté, il constitue l’essentiel du pelage qui structure et soutient l’ensemble de la fourrure. La particularité du poil du chinchilla est qu’il est tricolore (bicolore sur le ventre). Par exemple pour le chinchilla standard (couleur originelle donc n’ayant subi aucune modification génétique), le poil est à sa base bleu foncé puis blanc et finit par une pointe noire. Un animal de qualité présente une fourrure brillante, d’une densité importante, d’une implantation régulière, d’une longueur similaire mais courte. Les animaux d’extrême qualité présentent une fourrure d’un aspect velouté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On dit que la fourrure est la plus belle, la plus soyeuse aux alentours de la 3ème mue de l’animal, soit vers ses 9 mois. En effet la première mue survient vers l’âge de 3 mois, puis une seconde intervient au 6ème mois de l’animal et enfin la 3ème (le poil adulte) arrive vers 9 mois. 
   

 

 

 

 

 


       

 
La mue est la chute de l’ancien pelage et la pousse d’un nouveau. C’est un phénomène tout à fait naturel.
  
Chaque année, et la plupart du temps au printemps, le chinchilla connait une mue plus ou moins marquée selon les animaux, avec un poil moins soyeux et des touffes de poils un peu partout sur le dos. La mue ne nécessite pas forcément d’intervention particulière chez les chinchillas qui ont un pelage de densité normale (ou faible), car le poil tombe tout seul, grâce à l’utilisation du bain de terre. Par contre, si l’animal a une fourrure très serrée (dense) il se peut que les poils morts aient des difficultés à tomber. Le chinchilla aura alors un aspect un peu hirsute et peu gracieux, particulièrement sur le dos et l’arrière-train. Il suffit alors d’enlever délicatement les poils qui dépassent de l’ensemble de la fourrure, ou de peigner l’animal avec un peigne spécial chinchilla. Même hors période de mue, le peignage est également possible pour redonner un aspect velouté et brillant à la fourrure.
 
 

La fourrure du chinchilla est la fourrure la plus dense des espèces terrestres à raison 20 000 poils par cm² et plus de 50 poils par follicule. Dans son milieu naturel, si le chinchilla est surpris par un prédateur, il utilise une défense bien particulière appelée le « lâché de poils ». Il se détache ainsi de ses poils ce qui lui permet de se dégager et de fuir. C
ette action peut également survenir lors d’une mauvaise manipulation de l’animal, lui causant stress et inquiétude. 

 

 

Ce phénomène, propre au chinchilla, ne présente aucune gravité, il faudra simplement patienter que les poils repoussent afin que la fourrure présente à nouveau son aspect velouté et uniforme.

 
 

 

 

Les yeux

 

Les yeux du chinchilla sont vifs, ronds et noirs. Ils peuvent être aussi rouges (rubis), rosés, ou avec des reflets bleus selon les mutations. Les yeux sont un bon indicateur de santé, s’ils coulent ou sont vitreux, c’est signe d’un problème à déterminer rapidement.

 
 

 

 

 

 

 

La queue

 

Elle est très épaisse, touffue est de longueur variable selon les origines de l'animal. Recourbée (signe de bonne santé), elle est couverte de poils tous hérissés, raides, rêches et de couleur quasi similaire au reste du corps. Il s’agit tout simplement de la fin de la colonne vertébrale de l’animal. Sa queue lui assure un rôle de soutien en position assise et aussi de balancier. Elle se casse facilement dans le but de pouvoir échapper à un éventuel prédateur, c’est pourquoi le chinchilla doit être manipulé avec douceur et précaution afin de ne pas la lui arracher, ce qui lui poserait des problèmes d’un point de vue d’équilibre et de soutien et lui provoquerait de grandes souffrances.

 

 

 

 

 

 

 

 

AUTRES PARTICULARITES

 

 

 

 

Régulation de la température corporelle
   

 

  Le chinchilla ne dispose pas de glandes sudoripares, par conséquent, il ne transpire pas et est sujet aux coups de chaleur (fatal si ce n’est pas pris à temps). La régulation de la température du corps de l’animal se fait par les oreilles qui sont très fines et irriguées. Le sang qui y circule se refroidit au contact de l’air. C’est pourquoi, le chinchilla doit obligatoirement disposer d’un environnement et d’un lieu de vie adaptés à ses besoins et surtout à ses particularités biologiques. Il ne peut supporter des températures suppérieurs à 28°C, sa vie en dépend.


      
    
   
 

 

 

 

 

 

Phénomène de coprophagie
 

 

 

Comme beaucoup d’autres animaux, le chinchilla est coprophage, cela signifie qu’il mange ses excréments. Ainsi, par cette action, il réabsorbe vitamines et bactéries (qu’il a précédemment expulsé) nécessaires au bon fonctionnement de son tube digestif. C’est un comportement occasionnel qui lui permet de rééquilibrer et reconstituer sa flore intestinale, et ce n’est en aucun cas signe de mauvaise santé. Il faut savoir que son cæcum et son côlon sont particulièrement développés. Il possède un appareil digestif de plus trois mètres, ce qui lui permet de très bien traiter les fibres, et digérer la cellulose. Son long tube digestif reste très fragile et l'équilibre de la flore microbienne est vital pour assimiler la cellulose.  Pour préserver un bon transit et sa flore intestiale, le chinchilla doit adopter une alimentation pauvre en graisses, minéraux et sucres, mais très riches en fibres. L'apport de protéines est aussi indispensable et il convient d'éviter tout changement brutal du régime alimentaire, afin de ne pas perturber son organisme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Croissance des dents chez le chinchilla
 

 

 La bouche du chinchilla est petite et cache des incisives orangées. L’une des particularités du chinchilla, comme les autres rongeurs, est la croissance continue de ses dents. Ce phénomène s’explique par l’absence d’émail (au niveau de la surface de contact) et les dents poussent à raison de 6 cm par an environ. 
 

Cette croissance est freinée tout naturellement lorsque l’animal s’use molaires (grâce au foin) et incisives (grâce à la cholla, aux pierres à ronger, aux bâtons de noisetiers).

 
Photo : wikipédia 

C’est pourquoi le chinchilla ronge en permanence et parfois même il nous donne l’impression de grincer des dents. La dentition est l’un des aspects les plus importants à contrôler chez le chinchilla.
 
En effet, de nombreux problèmes peuvent survenir (la plupart du temps génétiques). Une mauvaise usure des dents, une dent cassée, entraîne leur pousse incontrôlée et désorganisée (en travers) ce qui blesse l’animal et l’empêche de s’alimenter. Les problèmes dentaires amènent souvent à une issue fatale pour l’animal
.