Alimentation

Alimentation

LE COIN DU REPAS !
  
un moment exquis mais qui se doit adapté !!!

 

 

 

Le chinchilla est un mammifère nocturne. Il est donc préférable d’effectuer les soins et le renouvellement de l’alimentation lors de ses périodes d’éveil afin de ne pas perturber son rythme biologique. On ne le dira jamais assez souvent, mais le chinchilla est un animal qui nécessite une attention particulière et un respect de son organisme. Cela passe donc en premier lieu par une bonne alimentation. 

 

L’alimentation du chinchilla est un point essentiel et les règles doivent être respectées scrupuleusement afin d’assurer une bonne qualité et durée de vie à son compagnon.

Attention : la plupart des maladies et 70% du taux de mortalité sont dûs aux problèmes de transit suite à des erreurs alimentaires, à l’utilisation de produits non adaptés ou carencés.  Le chinchilla est très spécifique et doit donc disposer obligatoirement de produits étudiés et qui lui sont destinés à lui seul. Chaque animal est différent et le chinchilla ne peut recevoir une alimentation destinée à une autre espèce, il en va de sa vie.
 
Il convient donc d’être très vigilent à ce sujet car les erreurs conduisent à des conséquences fatales pour votre compagnon. 
 


***

 

Herbivore le chinchilla a besoin d’une alimentation équilibrée (fibres), de qualité et surtout pas trop riche car il dispose d’un appareil digestif fragile. L’alimentation doit être composée obligatoirement des éléments suivants :

     

       Eau
-    Foin
-    Granulés spécifiques chinchillas
-    Quelques friandises occasionnellement



   
   
Nous présenterons aussi :
-     
Les éléments à ronger
-    La transition alimentaire

 


 
1. Eau :
élément vital à la survie de votre animal

 

L'eau doit être distribuée à volonté et le chinchilla doit absolument avoir de l’eau à sa disposition et qui plus est lors des périodes estivales. 
   
Il est préférable d’utiliser un système avec un biberon. De PH compris entre 6 et 7, l’eau nécessite d’être changée chaque jour afin d’éviter le développement de bactéries, d’algues microscopique. L’eau ne doit pas contenir de nitrate et ne doit pas être trop minéralisée. Elle doit être fraîche, propre et inodore.
 

Bien que l’utilisation d’un biberon soit facile d’utilisation il n’en faut pas oublié pour autant l’hygiène. Le matériel (tube et embout) doit être nettoyé soigneusement à l’eau chaude à l’aide d’une petite brosse car la saleté même si elle n’est pas visible est tenace et à terme néfaste pour l’animal.

      

 

Conseil !
Vous n’êtes pas s’en savoir que les chinchillas sont des rongeurs et par conséquent sont des petits ravageurs qui adorent grignoter les biberons et ainsi déversent le contenu de ceux-ci dans les copeaux. Pour cette raison, il est conseillé d’utiliser un
support biberon métallique qui le protège ainsi des petites dents malicieuses de votre compagnon.
 

          
  

Attention : l’utilisation d’un bol d’eau  n’est pas judicieux et pas pratique car l’animal peut le reverser sur lui (ce qui n’est pas bon du tout pour sa fourrure et sa peau) ou peut le déverser dans sa litière, ce qui provoque un développement rapide et prolifique de bactéries et moisissures. De plus, l’eau y est plus facilement souillée (poils, nourriture, déjections, copeaux…) ce qui peut provoquer de troubles digestifs parfois graves. Le lavage du matériel à l’eau froide ne suffit pas pour garantir une bonne hygiène.

 

 
 

 

2. Foin : produit essentiel au bon fonctionnement de l’organisme

    
Le foin est indissociable de l’alimentation du chinchilla. A lui seul il possède déjà 2 fonctions essentielles au bon fonctionnement de l’organisme du chinchilla :
     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 1. le foin est une aide précieuse et indispensable au bon fonctionnement du transit intestinal. Sans foin, le transit fonctionne difficilement et peut conduire à des constipations parfois mortelles !     Foin des Alpes - 1Kg  

2. le foin permet une bonne usure des molaires, ce qui est primordial pour tous les rongeurs et lui permet ainsi de maintenir une dentition saine !



   
Le foin ne doit pas être choisi au hasard. En effet, il est nécessaire d’opter pour un foin de montagne de qualité à grosses tiges, de première coupe et très sec. 
 
Ce petit rongeur a besoin d’une alimentation à base de fibres. Le foin de montagne de préférence (foin de qualité) doit être administré 1 fois par jour à raison d’une poignée… et conservé dans un endroit à l’abri de l’humidité. 
    

Il faut enlever le peu de foin resté dans le fond de la caisse afin que ne s’y développent pas des bactéries. Il est impératif d’utiliser un foin simple et sans friandise. Le foin doit être stocké là où des petits animaux ne peuvent pas venir le souiller par leurs déjections (oiseaux, rats, souris…). Si la ration quotidienne est trop importante et qu’il reste des déchets, réévaluez la quantité de foin à distribuer à votre animal.
    
 
  

 

 

Support à foin extérieur    Le foin doit absolument être administré depuis l’extérieur de la caisse par un système de râtelier en métal à accrocher à l’extérieur de la caisse.

       
Attention ! Pour la santé de votre animal :
 

- ne donnez pas de foin dit d’été « ou regain » ne convient pas (pas suffisamment mûr et bien souvent trop riche). Attention à la présence de moisissures éventuelles qui serait et évidemment néfaste pour votre compagnon.
 
- assurez-vous également qu’il n’y ait pas la présence d’éléments dangereux tels que des engrais chimiques ou autres pesticides. Pour éviter tout problème, il est donc préférable d’acheter son foin en boutique plutôt que de passer par un paysan.
 
- n'utilisez pas
de la paille, ce n’est pas du foin et ça ne convient absolument pas.

- n
e donnez surtout pas d’herbe de votre propre pelouse. Sa richesse et sa finesse ne conviennent pas du tout à votre animal et il ne sera jamais suffisamment sec. De plus la pollution, les pluies acides n’arrangent rien.
 

- le foin ne doit pas être disposé sur une planchette ou à même la litière car les déjections souillent le foin et des bactéries et moisissures s’y développent ce qui n’est pas bon pour l’animal qui l’ingère (cause des problèmes digestifs) ou à l’inhale (provoque des troubles respiratoires).
 

Il faut également faire attention aux systèmes intérieurs à accrocher type boules à foin. En effet, de nombreux animaux ont déjà péris à cause de ces éléments car sont restés accrochés par la tête ou par les pattes et se sont retrouvés pendus. Evitez également les tous les systèmes en plastique afin que le chinchilla ne le détériore pas et ne s’intoxique pas. Ainsi, le foin n’est pas souillé et reste de qualité et il n’y a pas de risque pour l’animal.

 

 

 

 

   
 

 

 

 

3. Granulés : l’alimentation de base de l’animal à ne pas choisir au hasard

Granulés OVATOR
  

 

 

 

 

 

 Le choix :
 
Comme cela l’a déjà été signalé précédemment le choix de l’alimentation est primordial et ne doit pas être pris à la légère.
 
La distribution de la nourriture vous permet également de juger de l’état de forme de votre protégé. En effet, c’est un bon indicateur de réactivité de l’animal. En temps normal, lorsqu’il reçoit sa nourriture, un chinchilla a un comportement vif, alerte et sera animé et agité. En revanche, si l’animal ne réagit pas à l’arrivée de l’alimentation, s’il est apathique, prostré dans son coin, distant, vous pouvez alors soupçonner que quelque chose ne va pas.
 

Vous avez pu sans doute le constater sur la marché il existe bon nombre de marques qui se disent spécialisées pour le chinchilla.


Attention il est impératif d’utiliser un aliment de bonne composition car bon nombre de ses aliments sont trop riches, ou carencés en éléments essentiels pour votre compagnon.
          

Il convient donc d’utiliser des granulés secs et durs de marques réputées, élaborés spécifiquement pour les chinchillas. L'expérience et l'exigence des éleveurs à ce sujet permettent aujourd’hui de disposer d’aliments équilibrés et spécialisés, répondant aux besoins spécifiques du chinchilla.
 
La ration quotidienne de granulés doit être de plus ou moins 30g. Cette dose peut être réévaluée en fonction de ce qu’il reste ou non dans la mangeoire. Pour assurer un bon fonctionnement de son organisme, il est important de ne pas suralimenter votre compagnon. De plus, cela
  
entrainera du gâchis et l’alimentation sera souillée ce qui est nocif pour l’animal, car source de prolifération de germes en tous genres.
 
Par ailleurs, il est
 
préférable que la ration alimentaire soit distribuée à heure fixe. 
 
 

Attention ! il faut absolument bannir de l’alimentation du chinchilla tous les « mélanges » (granulés accompagnés de friandises multicolores). Ce régime alimentaire ne convient absolument pas, car il n’est pas équilibré et ce phénomène est accentué par le fait que l’animal va trier ce qui lui plaît ou non. Bien évidemment, il raffolera de toutes les friandises et dénigrera les granulés. Cette habitude alimentaire va ainsi provoquer carences graves, constipations, diarrhées ou avitaminoses, qui peuvent être fatales pour votre protégé. Même si vous trouvez ça joli en présentation avec toutes ces couleurs, dites-vous bien que cela n’est pas bon du tout pour l’organisme de votre protégé. Bien que ce régime alimentaire « foin + granulés + eau » vous semble triste et monotone, sachez qu’en l’adoptant vous respectez et protégez votre animal.


Rappelons qu’une mauvaise alimentation fragilise l’animal de façon notable et entraîne de graves problèmes, ce qui augmente le facteur de risque d’apparition de maladies et de décès. 
 

Il est essentiel de repréciser que le chinchilla reste un animal complexe, au transit fragile et nécessite des soins et une alimentation adaptée afin de ne pas le fragiliser. Il est donc évident que les aliments conçus pour d’autres animaux ne conviennent absolument pas. Le chinchilla n’est pas un cochon d’inde, ni un lapin ou un cobaye et son organisme ne fonctionne pas de la même façon que les autres rongeurs. Chaque rongeur à ses spécificités et ses propres besoins, qui sont considérablement différents d’une espèce à l’autre. Par conséquent, il est indispensable de respecter ces critères de régimes alimentaires.
 

Pour commencer, il faut absolument bannir de l’alimentation du chinchilla tous les « mélanges » (granulés accompagnés de friandises multicolores). Ce régime alimentaire ne convient absolument pas, car il n’est pas équilibré et ce phénomène est accentué par le fait que l’animal va trier ce qui lui plaît ou non. Bien évidemment, il raffolera de toutes les friandises et dénigrera les granulés. Cette habitude alimentaire va ainsi provoquer carences graves, constipations, diarrhées ou avitaminoses, qui peuvent être fatales pour votre protégé. Même si vous trouvez ça joli en présentation avec toutes ces couleurs, dites-vous bien que cela n’est pas bon du tout pour l’organisme de votre protégé. Bien que ce régime alimentaire « foin + granulés + eau » vous semble triste et monotone, sachez qu’en l’adoptant vous respectez et protégez votre animal. Rappelons qu’une mauvaise alimentation fragilise l’animal de façon notable et entraîne de graves problèmes, ce qui augmente le facteur de risque d’apparition de maladies et de décès.

 

 
L
a distribution :
 

Pour distribuer la nourriture, préférez un système de mangeoire en inox ou en terre cuite, suffisamment lourd pour ne pas se renverser ou directement accroché au système de la cage et facile à nettoyer.
    
 

 

 

Mangeoire terre cuite - Orange


     
Pour la distribution de la nourriture il ne faut pas utiliser d’accessoires en matières type plastique, ni des éléments trop légers et difficiles d’entretien.

 

 

 

 

 

 
 

4. Friandises : petites douceurs à donner avec parcimonie

 

 

 

 

  
Les chinchillas sont très friands de petites douceurs et friandises. Néanmoins, il convient d’en donner avec parcimonie, bien qu’elles soient une aide pour le processus d’apprivoisement. 
 

De nombreuses petites gâteries existent pour l’habituer à votre présence ou en récompense pour faire plaisir et ravir les papilles de votre compagnon. Bien qu’autorisées, la consommation de friandises ne doit pas excéder 3 fois par semaines pour ne pas perturber le transit de l’animal, et toujours dans des quantités raisonnables (1 cuillère à café maximum).

 

 

 

 

 

 

 

Friandises autorisées :        

 

 

 Les feuilles et fleurs séchées :
Ø  Feuilles de tilleul
Ø 
Fleurs de camomille romaine
Ø 
Racine de pissenlit
Ø  Feuilles de pissenlit

Ø 
Feuilles d’ortie
Ø 
Feuilles de menthe poivrée
Ø  
Fleurs de mauve

Ø  Feuilles de mauve
Ø 
Feuilles de framboisier
Ø 
Feuilles de fraisier
Ø 
Caroube
Ø  Fleurs de cactus
Ø  Feuilles de Cassis
Ø 
Baies d'églantier
Ø 
Fleurs de soucis
Ø 
Pétales de rose
Ø  Boutons de rose

Ø 
Feuilles de ronce
Ø  Chardon marie…
 

   
Découvrez toutes les propriétés de ces plantes dans la page 'Propriétés des Plantes'...
 
Il convient de s’assurer que ces friandises séchées (si elles sont faites par vos soins) ne contiennent pas de pesticides, traces dues aux déjections d’animaux, traces dues à la pollution ou gaz des pots d’échappement ou aux pluies acides, produits chimiques, etc.… mieux vaut donc utiliser des produits provenant d’herboristerie ou magasins spécialisés qui garantissent la qualité des produits.
 
Autre friandise autorisée et très bonne pour le chinchilla : Mélange soja et lin (Croc'Linette). 
L’alliance de ces deux éléments combine les propriétés d’aide au transit en cas de constipation mais aussi des vertus pour la brillance et l’éclat de la fourrure. Cette douce friandise, très appréciée, est bénéfique en cas de gestation ou de période d’allaitement. Elle facilite la montée de lait et apporte tonus et aide au transit pour les femelles, ce qui est une aide précieuse. 

          
   

        ATTENTION  
      

  

Les friandises ne doivent surtout pas se substituer à l’alimentation de base et ne doivent pas être données dans des quantités trop conséquentes et tous les produits que l’on trouve sur le marché ne conviennent pas aux chinchillas.
 

Friandises interdites :  
 
  Raisin sec 1 fois par mois maximum
 (trop riche pour l’organisme de l’animal)
 Friandises types bâtons à ronger (entourés de miel donc trop riche et trop gras provoquant troubles de l’organisme, du foie, et du transit graves)
 Friandises destinées à d’autres rongeurs (même si un chinchilla est en photo en présentation sur le paquet !)
 Fruits secs (noix, cacahuètes, amandes, noisettes…)
 Chocolat, chewing-gum, gâteaux, bonbons, sucre…
 Baies de gui, gland, marron d’inde, persil…
 Toutes les plantes et bois toxiques
 Graine de tournesol (ravage le système hépatique)
 
  

 

  
 
5. Autres aliments 

      

Dans certains cas il est possible de faire quelque peu évoluer l’alimentation :
 

Conseils santé !

- En cas de diarrhée : un petit bout de pain sec peut être donné jusqu’à ce que le transit revienne à la normale. Attention ! une fois les choses rentrées dans l’ordre il faut retirer cet élément de l’alimentation
 

- En cas de constipation : un morceau de pomme (sans la peau) peut être introduit dans le régime alimentaire jusqu’à ce que le transit soit à nouveau normal.
 
- En cas de long voyage :
un petit morceau de pomme peut être proposé pour son apport en eau pendant le trajet afin d’éviter la déshydratation.

 
Attention : toute autre forme de nourriture est à proscrire car dangereuse pour votre protégé. En effet, il faut bannir les fruits et légumes frais et les aliments secs qui conviennent pas au transit de l’animal et provoque de graves troubles intestinaux (comme les entérites, diarrhées aigües…). Tous les aliments que nous consommons nous est à bannir de l’alimentation du chinchilla. 

    
 
 

 

 

6. Eléments à ronger

 
Indispensable pour l’usure des dents (et éviter ainsi l’apparition de problèmes graves de dentition), le chinchilla doit avoir à sa disposition des éléments à ronger.
 
Plusieurs solutions s’offrent alors à vous, pour le bien être mais aussi pour le plaisir de votre animal :
 
Pierre minérales à ronger : elle doit être dure et non aromatisée, préférez donc une pierre spéciale chinchilla
 
Bâtons de noisetier : l’élément séché indispensable pour votre protégé qui se ravira de le grignoter
 
Cholla : squelette de cactus, ce bois très dur est idéal en intermittence avec le bâton de noisetier, c’est un moyen ludique très efficace pour l’usure des dents. Les chinchillas en raffolent.
 
Pont de saule : bien qu’il serve d’habitat au premier abord, le pont en bois de saule permet au chinchilla de ronger tout en faisant parler ses talents cachés d’architecte.
      

 

Pierre à ronger

 

 

Cholla

 

Pont de saule


      
Attention : ne pas utiliser des pierres aromatisées ou de type béton cellulaire qui sont indéniablement toxiques pour les chinchillas.

 

 

 

 
 
  
7. Transition alimentaire

 
La transition alimentaire est le processus d’introduction progressive d’une nouvelle alimentation. Le principe de base est d’augmenter petit à petit la ration du nouvel aliment en diminuant progressivement les quantités de l’ancien.
 
Votre alimentation actuelle ne satisfait pas votre animal ou n’est pas adaptée (utilisation de mélanges, alimentation de composition inadaptée ou insuffisante) ?
 
  

Conseils santé !
 

Il est indispensable d’effectuer une transition alimentaire lente et sérieuse. En effet, le transit de l’animal n’est pas en mesure de gérer de trop brusques changements de régimes alimentaires, il convient donc d’établir cette étape de façon progressive et vigilante.
 
Le transit doit être systématiquement surveillé de manière attentive afin d’adapter au mieux les rations.

 

 

La transition doit s’effectuer sur 4 semaines de la manière suivante :

 

   

 

 

Temps

Proportion ancienne alimentation

Proportion nouvelle
alimentation

Semaine 1

¾

¼

Semaine 2

½

½

Semaine 3

¼

¾

Semaine 4

0

En totalité

 

       

 

Attention la transition n'est pas une option lors d'un changement de nourriture, c'est obligatoire.  Cette étape ne doit pas être négligée et doit être entreprise avec sérieux et analyse du transit.